La vie quotidienne des habitants de Chicago, IL. Amour, amitié, rumeur, jalousie...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 God knows even angels fall.

Aller en bas 
AuteurMessage
Lynn O'Connor
admin| Tout sera stratagème.
avatar

Nombre de messages : 426
Age : 28
Emploi : Lycéenne.
Humeur du Jour : Machiavélique.
Situation : Célibataire.
Date d'inscription : 03/06/2007

Feuille de personnage
•Relations,Liens•:
•Citation•: Je pourrai plaire au monde entier. Mais qui sait se rendre doit s'en méfier ...

MessageSujet: God knows even angels fall.   Dim 29 Juin - 23:18

Ca avait été difficile. Ce matin. Et les jours précédents également. Lynn n’était plus la jeune fille heureuse, respirant la joie de vivre et la mutinerie depuis que son cœur lui avait été arraché. Elle était devenue renfermée sur elle-même et refusait de voir qui que ce soit. Et puis de toute manière, personne ne souhaitait vraiment la voir. Pourtant, elle ne leur reprochait rien. Elle savait que c’était tout aussi difficile pour eux. Quels mots trouver ? Quels gestes employer à l’égard d’une personne qui vient de perdre la personne qu’elle aime le plus au monde dans des circonstances aussi tragiques ?

Ca faisait plus d’une semaine maintenant mais la douleur était toujours présente et le traumatisme était chaque jour plus vivace que le précédent. Elle avait la désagréable impression de se noyer, de couler lentement et sans qu’aucun de ses efforts désespérés ne parviennent à la faire sortir des eaux troubles et noires qui l’enveloppaient progressivement dans une étreinte mortelle. Il fallait cependant avouer qu’elle ne faisait absolument rien pour s’en sortir. Elle restait des heures allongée dans son lit, observant les ombres que dessinait progressivement le soleil sur chacun des meubles de sa chambre. Et lorsqu’elle se décidait à se lever, elle s’effondrait brusquement en plein milieu de l’appartement, en éclatant en sanglots. Elle était incapable de retourner au lycée pour le moment. Et elle ne pouvait pas supporter le regard que les autres poser sur elle, pas plus que leurs paroles.

Seule Georgia parvenait à l’aider un tant soit peu. Elle ne lui adressait aucun reproche et était présente dès que Lynn avait besoin de soutien. Ses paroles ne racontaient pas de bêtises telles que son père lui énoncer pour l’apaiser. Non, Mark n’était pas mieux là où il était. Il aurait dû être avec elle. Non, Il ne l’avait pas rappelé à lui, ce n’était pas Sa volonté. Elle s’était toujours bien comportée. Pourquoi avait-elle été punie de la sorte ? C’était injuste. Pourquoi lui et pas un autre ? Il était jeune. Il avait encore la vie devant lui et ils allaient construire tellement de projets ensembles, réaliser tant de rêves. Elle voulait se marier avec lui et avoir de beaux enfants ensemble. E voilà qu’on lui ruinait tous ses espoirs ? Pour une histoire d’argent qui avait mal tourné ? De quel droit ? L’argent n’équivalait jamais un individu.

Aujourd’hui était le moment qu’elle avait appréhendé depuis qu’il l’avait quitté. Jusque là, elle avait toujours nié. Jusque là, elle refusait de croire que c’était réellement fini. Que plus jamais il ne la serrerait dans ses bras. Que plus jamais elle ne le regarderait jouer sur scène. Que plus jamais elle ne rirait à ses blagues. Que plus jamais elle remarquera son doux regard posé sur elle alors qu’elle vaque à ses occupations les plus ordinaires. Ses parents et Georgia arrivant dans sa chambre la forcèrent à sortir du lit et elle fut obligée de se laisser faire. Ils prenaient soin d’elle mais pouvaient-ils comprendre ce qu’elle ressentait ?

Le voyage jusqu’au cimetière se fit sans elle. La jeune fille se contentait de regarder la route défiler d’un air morne alors que le petit monde échangeait des badineries pour éviter une nouvelle crise de larmes chez leur protégée. Peine perdue puisque à peine arrivèrent-ils vers le cimetière où l’office était prévu qu’une larme coulait le long de sa joue. Elle alla s’installer sans un mot, sans un regard sur les chaises devant le trou béant où l’amour de sa vie allait reposer à tout jamais. Elle se figea l’espace de quelques instants en découvrant le cercueil d’acajou posé. Il était juste là. Il reposait là. Derrière ce panneau de bois se trouvait le corps de l’être aimé. C’était trop difficile, elle n’y parviendrait pas. Mais Georgia lui attrapa la main et la soutint du mieux qu’elle put.

Et la litanie débuta. Ses yeux ne se détachaient pas de la boîte. La gorge nouée, incapable d’être présente, elle imaginait les pires scénarios. Il allait se faire manger par les vers. Il n’était plus. Il ne serait plus jamais. Un gouffre béant s’ouvrit dans le creux de sa poitrine. Elle qui pensait avoir épuisé son quota de larmes s’était trompée.

_________________

    Je peux tout faire, même des erreurs.
    Tu peux tout prendre mais pas mon coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Landon Ettinger

avatar

Nombre de messages : 238
Age : 30
Emploi : Coursier
Humeur du Jour : Perdu dans ses sentiments
Situation : En couple avec Georgia mais...
Date d'inscription : 19/06/2007

Feuille de personnage
•Relations,Liens•:
•Citation•:

MessageSujet: Re: God knows even angels fall.   Sam 5 Juil - 4:02

Debout depuis 7h30 et sur sa selle de vélo depuis 8h, Landon avait passé une matinée triste. C'était ça depuis la fin du week end passé quand il avait appris la mort de son ami Mark. Ils ne se connaissaient pas depuis très longtemps mais ils avaient vite sympatisé, s'aidant en toute solidarité contre celle des filles lors des soirées. Mark était le petit-ami de Lynn que Landon considérait presque comme une soeur. Il était quelque peu en froid avec elle ces derniers temps et regretta de ne pas avoir été plus souvent là. En fait, depuis que Jenna avait emménagé avec lui, Landon avait délaissé Lynn et même Georgia. Il devait redresser la barre mais il devait aussi admettre que les choses n'étaient pas sur la bonne voie : il ressentait une attirance pour Jenna qu'il n'arrivait presque plus à combattre et Lynn avait eu peut etre raison d'être méfiante. Tout comme Georgia. Elles savaient avant lui.

L'enterrement de Mark avait miné le moral de Landon toute la semaine et il s'était résolu à accompagner Lynn dans sa souffrance et dans son deuil, si elle lui laissait une chance, bien entendu. Elle perdait un être cher, très cher, peut etre même le plus cher pour elle, alors il devait rembaler sa fierté et tout faire pour arranger les choses. Il savait qu'il allait la voir ce vendredi et il ne pouvait que compatir à son chagrin.
La cérémonie était à 10h et Landon n'avait malheureusement pas pu prendre sa matinée. Son chef lui avait toutefois laissé 2h de libre pour se rendre à l'enterrement de son ami et Landon arriva en retard au cimetière.

Il portait des habits sombres, mais rien de bien élégant. Juste un pantalon en toile noir et un T-shirt noir. Il n'avait pas l'habitude de porter de couleurs aussi sombres, vu qu'il était bon vivant, mais c'était tout ce qu'il avait trouvé dans son armoire qui lui permettrait d'exercer son métier pendant le début de matinée. De toute façon, il s'en fichait et il estima que les autres personnes présentes à la cérémonie aussi.

Le prêtre était en train de dire sa litanie et Landon se glissa parmi la petite foule discrètement. Il chercha du regard Lynn et la trouva assise, le regard fixé sur la boite en bois sombre ornée de poignées dorées.
Landon sentit le chagrin monter à la vue du cercueil, se rendant compte que son ami était à l'intérieur. Mark qu'il ne reverra plus jamais. Il était triste, bien sûr, mais la peine qu'il ressentait était surtout pour tous ces gens qu'il laissait derrière lui. Mark laissait Lynn sans rien, le coeur arraché. Elle avait frôlé la mort dans cette banque et Mark avait donné sa vie pour la sienne. Mais à quoi servait la vie si elle était remplie de tristesse ?
Landon avait la gorge serrée et sentait ses yeux s'humidier.

Il écouta en silence, le coeur lourd, le prêtre finir la cérémonie et lorsque qu'il eût fini et que le monde commença à bouger, il se précipita vers Lynn pour lui témoigner son soutien dans cette épreuve.

Georgia était à côté d'elle et lui tenait la main. Et tout naturellement, Landon se mit de l'autre côté et mit sa main dans son dos, se rapprochant d'elle.

Depuis qu'il était avec Georgia, Lynn avait fait partie de sa vie. Il était naturel d'être là pour elle. Elle aurait fait la même chose si ça avait été le cas inverse.

Landon s'approcha de l'oreille de Lynn pour lui glisser quelques mots, tout bas, la gorge toujours aussi serrée. Les paroles du jeune homme avaient du mal à sortir tellement sa voix tremblait d'émotion.

"Je suis vraiment désolé Lynn. Je sais que rien de ce que je pourrais dire ne pourra apaiser ta peine, mais je veux que tu saches que je suis là pour t'épauler."

Landon chercha à capter le regard de son amie et esquissa un très faible sourire d'encouragement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn O'Connor
admin| Tout sera stratagème.
avatar

Nombre de messages : 426
Age : 28
Emploi : Lycéenne.
Humeur du Jour : Machiavélique.
Situation : Célibataire.
Date d'inscription : 03/06/2007

Feuille de personnage
•Relations,Liens•:
•Citation•: Je pourrai plaire au monde entier. Mais qui sait se rendre doit s'en méfier ...

MessageSujet: Re: God knows even angels fall.   Sam 5 Juil - 21:58

Ca la frappait de plein fouet. Ca agissait comme une sorte d’électrochoc. Il était bel et bien parti. Il allait rester dans cette boîte, immuable. Pour toujours jeune et beau jusqu’à la fin des temps tandis qu’elle allait continuer. Que les années allaient poursuivre leur chemin à travers les périodes par lesquelles la jeune femme allait nécessairement devoir passer. Mais pour lui … Plus rien n’allait changer. Il allait rester le même qu’il était ce jour-là. Elle, ce jour là l’avait totalement bouleversé. Elle n’était plus la même. Elle ne voulait plus revenir en arrière. Ca lui faisait trop mal. Mais elle ne voulait pas davantage avancer. Ca faisait tout aussi mal et elle était paniquée à l’idée même de bouger. Pourquoi ne pouvait-on rester comme ça ? N’était-ce pas la solution ? Si elle se roulait en boule sous la chaise maintenant, cela allait être plus facile pour elle n’est ce pas ?

Elle ne prêta pas une seule attention aux paroles du prêtre. Elle ne les avait que trop entendu et elle n’aurait pas supporté qu’elles parviennent à ses oreilles. La jeune fille ne les connaissait que trop bien. C’était toujours la même soupe que son père lui-même prononçait lors de ce genre de cérémonie dont il avait la charge. Tellement bourrés d’inepties. Et tellement impersonnelles. Toujours la même chose pour qui que ce soit. C’était toujours le même refrain. Une vieille femme afro-américaine. Un jeune soldat tombé au front. Un enfant atteint de leucémie. Une adolescente victime d’un accident de la route. Toujours la même chose. C’étaient de simples anonymes. Une simple date. Une futile croix inscrite sur le calendrier de l’homme de Dieu.

Elle tourna lentement la tête vers la mère de son regretté petit ami. Ils avaient prévu de se présenter réciproquement à leurs proches. Pourquoi dans ces circonstances ? Cette femme était totalement brisée. Et Lynn pouvait à peine s’imaginer la détresse qu’elle ressentait. A côté, la sienne n’était rien. Comment admettre pour une mère d’enterrer son enfant ? Ce n’était pas dans la logique des choses. Cette mort n’avait rien de logique. Et elle en était responsable. Tout était de sa faute. Si elle n’avait pas été le voir ce terrible jour, il n’aurait pas eu à se sacrifier pour elle. Et il serait encore en vie à cet instant précis. C’était sa faute à elle. Uniquement sa faute. Et rien de ce qu’elle pourrait faire ou dire ne remplacera jamais ce sentiment de culpabilité.

Cette situation était insupportable. Elle ne souhaitait qu’une seule chose : que tout soit fini au plus vite. Qu’ils partent. Qu’ils la laissent en tête à tête avec lui. Si on exceptait le fossoyeur bien évidemment. Lorsque la cérémonie fut enfin terminée, elle fut incapable de partir comme tous les autres. Ses plus proches, ceux qui avaient toujours été présents jusque là, étaient les seuls encore là. La surveillant du coin de l’œil. Observant sa réaction. Allait-elle faire une bêtise ? Bientôt, elle allait devoir partir également. Mais c’était impossible. Si elle partait maintenant, ce serait fini pour de bon. On enterrerait Mark et … ça poserait un point final à toute cette histoire. Parfaitement inconcevable pour elle.

Les yeux perdus sur le trou béant devant elle, le regard amorphe, inconsciente de tout ce qui l’entourait, Lynn sursauta en sentant la main puis le murmure à son oreille de Landon. Elle posa un regard baigné de larmes sur lui, avant de le détourner à nouveau. De quel droit ? C’était beaucoup trop facile. C’était de sa faute aussi ce qui était arrivé. S’il n’avait pas emménagé avec cette fille, elle ne se serait jamais disputée avec son petit ami à son sujet et elle ne serait pas aller à la banque. Il fallait trouver un responsable et la douleur était tellement grande que la charge ne pouvait pas être supportée seule par les épaules de la frêle demoiselle.

« Je n’en veux pas. »

Cette dernière fit un mouvement de l’épaule pour retirer la main de Landon de son dos avant de sentir à nouveau la gorge lui éteindre lorsque les fossoyeurs commencèrent à descendre le cercueil en terre. Ils n’allaient pas l’enterrer tout de suite. Ils allaient attendre que toutes les personnes touchées par ce décès se soient éloignées bien évidemment. Mais ce geste fut celui de trop pour Lynn. C’était fini. Elle se leva et s’essuya les larmes qui perlaient à ses paupières. Elle devait s’éloigner de cet endroit. Elle ne devait plus se souvenir. C’était la solution. Quand on avait mal quelque part, on l’amputait. Elle allait faire la même chose. C’était fini.

_________________

    Je peux tout faire, même des erreurs.
    Tu peux tout prendre mais pas mon coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Landon Ettinger

avatar

Nombre de messages : 238
Age : 30
Emploi : Coursier
Humeur du Jour : Perdu dans ses sentiments
Situation : En couple avec Georgia mais...
Date d'inscription : 19/06/2007

Feuille de personnage
•Relations,Liens•:
•Citation•:

MessageSujet: Re: God knows even angels fall.   Dim 6 Juil - 1:50

La réaction de Lynn était plus vive que prévue. En fait, Landon ne s'attendait pas du tout à ça. OK, ils étaient en froid, mais il pensait que vu les circonstances, ils auraient pu effacer ces mauvais souvenirs de ces derniers jours. La mort de Mark était bien plus importante que le fait qu'il habite avec une fille, la raison de leur éloignement.

Mais malgré la réaction de Lynn quelque peu rude à encaisser, Landon respecta son choix. Ca n'était pas le moment de faire sa forte tête, alors il retira sa main apparemment de trop. Il regarda au sol, l'air désolé, puis regarda le cercueil que l'on commençait à mettre en terre, lentement, comme s'ils voulaient bien que tout le monde se souviennent de cet instant douloureux.

Il regarda à nouveau Lynn et reprit la parole à voix basse.

"Si c'est ce que tu veux..."

Il regarda alors Georgia qui était à côté d'elle et échangèrent un regard entendu. Puis il s'éloigna en silence pour aller attendre à côté le temps que les parents de Mark terminent leurs adieux pour leur fils. Il leur présenterait ses condoléances après la cérémonie. Sa mère avait fait le voyage de Californie pour cette ultime visite. Landon savait que Mark et elle ne s'entendaient pas très bien depuis le divorce de ses parents et qu'ils ne se voyaient pas souvent, mais il était sûr que Mark aurait apprécié de la voir aujourd'hui. La pauvre femme était éplorée et ça faisait beaucoup de peine de voir ça. Ca n'était pas normal d'enterrer son fils, les enfants ne devaient pas partir les premiers, c'était dans la nature des choses, une évidence.

Landon vit Lynn se lever de sa chaise. Est-ce qu'elle partait déjà ? Il ne l'avait pas vu parler avec les parents de Mark. Il savait qu'ils ne s'étaient jamais rencontrés, mais Mark lui avait dit que c'était en projet, enfin surtout pour son père à qui il disait pas mal de choses. Donc Landon supposa que le père de Mark connaissait au moins Lynn de nom.
Peut etre que Lynn leur avait déjà parlé au début de la cérémonie avant qu'il n'arrive ? Hypothèse plausible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn O'Connor
admin| Tout sera stratagème.
avatar

Nombre de messages : 426
Age : 28
Emploi : Lycéenne.
Humeur du Jour : Machiavélique.
Situation : Célibataire.
Date d'inscription : 03/06/2007

Feuille de personnage
•Relations,Liens•:
•Citation•: Je pourrai plaire au monde entier. Mais qui sait se rendre doit s'en méfier ...

MessageSujet: Re: God knows even angels fall.   Dim 6 Juil - 15:44

Elle allait et venait. Elle allait. Et elle venait. Elle voulait rester éloignée des autres mais dans le même temps, elle savait pertinemment qu’elle avait besoin d’eux. Elle allait être incapable de supporter cette épreuve seule. Et Georgia, ses parents l’avaient porté à bout de bras. Ils n’avaient plus eux même la force de le faire. Pourtant, elle sentait que quelque chose changeait en elle. Profondément. Bien au-delà du fait qu’elle ait pu changer suite à ce drame. Tout le monde voyait sa vie bouleverser à la suite de ce genre d’évènement bien évidemment. Mais c’était autre chose. Il y avait plus derrière ce changement de comportement. Le pire dans toute cette histoire était qu’elle se voyait couler mais qu’elle n’avait pas la moindre attention de battre des bras pour se sortir la tête hors de l’eau. Finalement, elle s’arrêta en plein milieu du passage alors qu’elle se dirigeait vers les parents de Mark. Elle n’en aurait pas la force.

Et de toute façon, à quoi ça servirait. Voulait-il vraiment voir celle qui avait causé la mort de leur unique enfant, de leur trésor ? Elle savait que si elle était à leur place voir la raison du décès de l’être auquel elle tenait le plus l’insupporterait au plus haut point. N’avait-elle pas raison par ailleurs ? Est-ce que ce n’était pas ce qu’elle venait de faire en rejetant Landon ? Il y avait fort à parier qu’il avait mis ça sur le compte des jours précédents la mort de Mark. Pourtant, ça n’avait rien à voir. Elle ne voulait l’aide de personne d’autre que ceux qui s’étaient spontanément présenter elle les heures suivants le drame. Et elle pouvait les compter sur le doigt d’une main. Seuls ceux qui avaient été là à l’hôpital lorsqu’on avait annoncé que le chirurgien avait fait tout son possible mais les dégâts étaient trop graves. Elle n’acceptait le soutien que de ces personnes. Georgia, l’amie de toujours. Ses parents, bien évidemment. Ray, parce qu’ils avaient vécu la même déchirure. Et Mélaine. Bien que blessée, la demoiselle avait été présente pour elle. Même si elles ne se connaissaient pas vraiment. Elle était la seule à comprendre. Elle l’avait vécu. Landon n’avait pas fait parti de ces personnes. Il n’avait pas le droit d’arriver maintenant et de faire comme si de rien n’était. C’était trop facile.

La jeune fille ferma les yeux quelques instants, sentant l’emprunte douce du vent contre sa joue, venant remuer ses longs cheveux bruns. Et de loin, elle perçut comme une sorte de douce musique, une comptine tout droite sortie des limbes de son enfance. Tout allait bien aller. Ca allait s’arranger, un jour ou l’autre. Il fallait qu’elle avance. C’est ce qu’il aurait voulu. C’est ce qu’il avait par ailleurs voulu en se sacrifiant pour elle. N’est-ce pas ? Bien sûr c’était difficile. Bien sûr, elle le détestait de n’être plus alors qu’elle l’était. Bien sûr elle l’aimait toujours avec ce parfum aigre-doux. Bien sûr, rien d’autre n’avait changé si ce n’est qu’une personne était de moins sur cette Terre, la personne qui comptait. Bien sûr, elle aurait dû être plus forte que ça et ne pas pleurnicher dans son coin. Bien sûr, il aurait dû être plus faible que ça et ne pas se sacrifier pour elle. Mais la seule résolution finale était qu’elle devait vivre pour deux, non ?

Relevant le regard vers les parents de son amour perdu, elle se redonna du courage et avança vers eux. Tant pis s’ils la détestaient, c’était la moindre des politesse quant bien même elle n’en avait rien à faire pour le moment des politesses.

« Toutes mes condoléances. »

Elle préféra ne pas se présenter et sans un mot de plus, sans un regard, elle rejoignit ses parents, évitant de regarder les parents de Mark, unis dans la même douleur comme jamais auparavant.

_________________

    Je peux tout faire, même des erreurs.
    Tu peux tout prendre mais pas mon coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélaine Anderson
[She looks like a model, except she's got a little more ass...]
avatar

Nombre de messages : 327
Age : 37
Emploi : Comédienne et Serveuse.
Humeur du Jour : La pente est raide, la corde trop tendue.
Situation : As Alone as someone can be...
Date d'inscription : 25/06/2007

Feuille de personnage
•Relations,Liens•:
•Citation•:

MessageSujet: Re: God knows even angels fall.   Lun 14 Juil - 23:42

C'était un matin bien comme il fallait. Pas trop lumineux pour venir narguer les âmes en deuil ce jour-là, et pas non plus trop gris pour venir assombrir un peu plus l'ambiance qui s'annonçait des plus moroses. En même temps, aucun matin n'était idéal pour enterrer un fils. Un frère. Un ami. Un fiancé. Un être aimé. Un homme, tout simplement.

Depuis le drame, Mélaine n'avait jamais été très matinale. En fait, elle ne s'était pas souvent levée avant midi, et encore, c'était parce que sa colocataire et collègue la poussait à se sortir du lit. Elle avait obtenu de la part de son metteur en scène un congé de deux semaines pour se remettre de ce qu'elle avait vécu. De même du coté de Paul, compréhensif. Mélaine avait insisté pour travailler, mais ils avaient refusé. Depuis, elle traînait au lit, l'esprit occupé par les images cauchemardesques de cette journée. Le sang, les cris, les pleurs. La douleur dans son épaule encore en train de cicatriser.

Mais ce matin là, Mélaine s'était levée. Aux aurores, elle s'était réveillée, ne sachant pas trop à quoi s'attendre. Aussi étrange que ça puisse paraître, la belle n'avait jamais assisté à ce genre d'événements auparavant. Trop peu de gens qui comptaient pour elle, alors pas besoin d'aller à ces cérémonies. Et elle ne connaissait peut-être pas personnellement le défunt, mais ça lui semblait somme toute logique d'aller lui rendre hommage. Parce qu'il était la seule victime du braquage, parce qu'il avait été courageux, parce que ça aurait pu être elle. Et parce qu'il y avait Lynn aussi.

Après avoir laissé la jeune femme pleurer sur son épaule durant de longues minutes après le départ de Mark, Mélaine était montée dans la même ambulance qu'elle jusqu'à l'hôpital pour aller rejoindre ses parents et Mark. Elle devait se faire soigner, d'une. Et puis, elle ne voulait pas la laisser tomber. Elle avait l'air tellement fragile que ça aurait été un crime que de la laisser seule.

Après qu'on lui eut soigné sa plaie, le bras en écharpe, elle était retourné près de Lynn, discrète, dans un coin. Elle essayait de se remettre de ses émotions, et elle attendait de savoir. Le verdict était sans appel, ils n'avaient rien pu faire. Elle assista impuissante au spectacle de l'adolescente meurtrie qui s'effondra dans les bras de ses parents. Elle ne dit rien, attendit et capta un regard, un seul. Effroyable. Empli de désespoir à vous en fendre le coeur. Une larme coula sur la joue de l'insensible Mélaine.

Georgia, une amie de la jeune fille, Lynn, vint la voir et lui demanda où elle pourrait la joindre. Au cas où Lynn voudrait parler à quelqu'un qui était là. Mélaine donna son numéro de portable et reçut un appel des parents le lendemain. Ils voulaient qu'elle vienne voir leur fille, pour parler peut-être un peu. Elle s'exécuta sagement. Elle se sentait concernée par cette gamine. Lynn était restée silencieuse la plupart du temps, et parlait quand elle le voulait. Il y avait comme un lien étrange entre elles.

Voilà pourquoi aujourd'hui, Mélaine ne pouvait pas ne pas être là. Pour Lynn, il le fallait vraiment. Même si elle savait négligeable, elle aurait l'impression de faire une bonne action. Elle enfila une robe courte noire pas trop décolletée, des escarpins de la même couleur et un long manteau pour venir cacher son bras en écharpe. Elle avait même teint le tissu qui retenait son bras en noir. Cerné ses yeux de noir. Elle était en deuil, vraiment.

Sa colocataire l'emmena à l'église, et Mélaine se tint à l'écart de tous ces gens qui le connaissait sans doute, alors qu'elle non. Elle vit Lynn et lui fit un signe de tête, pour lui signifier que tout irait bien. Ca n'était pas vrai, mais il fallait y croire. Au moins un peu.

Elle suivit la cérémonie, frissonnant à la moindre brise et baissant la tête en signe de respect. Elle surveillait du coin de l'oeil Lynn qui semblait éplorée. En même temps, qui ne le serait pas dans un cas pareil? Mélaine se fit une étrange réflexion: au moins, en étant proche de personne, elle n'aurait personne à pleurer. Revers de la médaille: personne ne la pleurerait non plus.

L'hommage rendu à Mark Hanson était beau, touchant, émouvant. Mais Mélaine ne pleura pas. Elle devait être forte, redevenir forte si elle ne voulait pas finir chez un psy. Ca commençait par arrêter de pleurer. Elle n'avait pas le droit de sombrer pour finir comme sa mère. Elle était vivante, c'était ce qui comptait. Redevenir égoïste. En incluant Lynn un peu.

Peu à peu, le cimetière se vida et Mélaine se dirigea devant la famille pour leur présenter ses condoléances. Elle n'osait même pas imaginer ce qu'ils traversaient. Elle resta impassible, son visage figé dans la tristesse adéquate et salua les parents en pleurs avant de s'éclipser sur le côté. Elle chercha Lynn du regard et la vit faire de même avant de se diriger vers ses parents.

S'avançant doucement vers elle, Mélaine posa sa main fonctionnel sur son épaule pour qu'elle se retourne vers elle et adressa un sourire bienveillant aux O'Connor pour leur signifier qu'elle souhaitait lui parler. Le pasteur et sa femme acquiescèrent et Mélaine fixa toute son attention sur l'adolescente. Elle releva son menton d'un geste doux pour qu'elle la regarde dans les yeux.

- Il faut tenir Lynn. Il faut que tu laisses le temps faire son travail, que tu conserves tes souvenirs mais qu'ils ne t'envahissent pas. Si tu fais ça, tu vivras toujours dans le passé. Et il ne faut pas. Il faut avançer.

Ca semblait tellement banal ce qu'elle disait. Mais il n'y avait rien d'autre à dire. Elle espérait que Lynn l'écouterait parce qu'elles étaient dans le même cas. Mélaine essayait de suivre aussi cette politique, elle la comprenait un peu plus peut-être parce qu'elle aussi essayait de se convaincre qu'il fallait aller de l'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith Wellington
admin| F*cking rock star
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 40
Emploi : Chanteur.
Humeur du Jour : Endeuillé mais ...
Situation : Pardonnez moi mon Père car j'ai pêché ... 6 fois.
Date d'inscription : 26/02/2008

Feuille de personnage
•Relations,Liens•:
•Citation•: They're selling razor blades and mirrors in the street.

MessageSujet: Re: God knows even angels fall.   Jeu 31 Juil - 17:54

Looking back on where I'm coming from.
Who'd have ever guessed I'd be going this way.
Loads of things were said but no-one said that up ahead
Would be the things that are in my life today -
And all the ones I left behind, they live forever in my mind -

Down, down, down the days, down, down, down the days
Down, down, down the days, the days that have gone
Down, down, down the days, down, down, down the days
Down, down, down the days, I just keep moving on.


Ca avait été un choc. Le plus total qui soit. Il avait culpabilisé aussi. Pendant que son pote était en train de mourir, lui il faisait quoi ? Il ne se rappelait même plus. C’était d’un pathétisme et d’un rageant sans nom. Alors que l’un menait une vie saine et équilibré, avait trouvé une jeune femme tendre et douce avec qui passer le reste de ses jours, l’autre s’enfonçait chaque jour un peu plus dans les méandres de la drogue et oubliait ses défauts les plus vils dans les bras de jeunes femmes dont il oubliait le nom chaque matin, quand encore il le connaissait. Pendant que l’un travaillait pour gagner sa vie de la plus honnête façon qu’il soit, l’autre se réveillait à peine, la bouche pâteuse, le goût encore amère d’une soirée bien arrosée dans la bouche. Qu’est ce qu’il faisait quand Mark avait reçu de plein fouet l’assaut meurtrier de l’amas des policiers à sa banque prise en otage ? Un fix sans doute.

Ce n’était pas juste. Selon la logique des choses, c’était à Keith de partir le premier. Des 5 amis de fac, c’était lui avait la vie la plus décadente. C’était lui qui méritait de partir le premier parce qu’il brûlait cette existence gracieusement offerte par les deux bouts sans penser à ce que serait demain, sans penser même à ce qu’il puisse dépasser les 35 ans. Et voilà que de tous, c’était le plus équilibré, le plus mature aussi qui les quittaient pour de bon. Ce n’était pas juste. Et ce n’était pas logique si tant est que la mort puisse être logique en quelque manière que ce soit.

C’était sans doute aussi à cause de ça que les relations déjà houleuses avec Ray n’avaient fait que s’envenimer. Les premiers temps, ils avaient tous été unis par le même chagrin. Par la même douleur : voir partir quelqu’un avec qui vous partagiez tant de choses. Des rêves fous de célébrité. Des blagues pour le moins foireuses. Des soirées à refaire le monde à sa façon. Tout ça était parti en fumée avec les vitres brisées par les éclats de balle de la police de Chicago. La cité des vents. La cité du crime. Mais les jours passants, les reproches amers commencèrent à fuser. On lui reprocher sa vie. On le comparait à Mark. On lui faisait sentir que de tous, c’était lui qui aurait dû y passer. Au départ, il avait laissé courir, mettant ça sur le compte de la douleur. Mais c’était intenable comme situation. Et à force de s’entendre répéter qu’on méritait de mourir, on en venait à douter de sa propre existence. Mais de quel droit lui lançaient-ils ça ? Après tout, ils n’étaient pas non plus des modèles de sainteté. Même Mark ne l’avait pas été. Certes, il était le plus sage. Mais ne sortait-il pas avec une mineure

Cependant, pour aujourd’hui, il allait mettre ses rancoeurs de côté. Mark était aussi son ami et quant bien même, le groupe s’était dissous par l’absence de ce ciment entre eux que représentait l’amitié inconditionnelle, il était tout aussi anéanti que ses anciens camarades. Et il se devait d’être présent pour l’ultime adieu qu’il pouvait accordé à son ami. Le réveil fut bien évidemment difficile. Il avait encore bu plus que de raison mais cette fois-ci, il y avait une cause derrière cette orgie d’alcool et de produits illicites. Bien sûr, ça lui avait permis d’oublier pendant quelques temps sa peine. Mais la sal*pe, elle savait parfaitement nager. Et elle revenait plus forte et plus aigue au matin quand les brumes de la veille lui causaient un mal de tête insupportable. Agrémenté d’un mal au cœur. Nate était parti plus tôt. Il n’avait pas été capable de s’occuper des funérailles lui-même. Il avait dû en charger sa famille mais il préférait vérifier que tout fut bien en place. Jamais sans doute il n’avait pu penser qu’un jour il devrait voir les dispositions funéraires d’un de ses amis. On ne s’y attend pas à ce genre de chose.

Dans un flou artistique, abruti par les médicaments qu’il devait prendre pour sa déprime passagère, et ceux pour lequel il était encore en traitement de sa syphilis, il arriva au cimetière où reposerait à tout jamais un de ses meilleurs amis. C’était un bel endroit si on admettait qu’une cité mortuaire puisse être un bel endroit. L’herbe était verte. Les arbres fleuris. Et des oiseaux gazouillaient. Etrange ironie du sort que ce cimetière respirait la vie. S’il n’y avait pas toutes ses tombes qui venaient contrarier la monotonie verdoyante de l’herbe, on se serait presque cru dans un parc où des enfants couraient en hurlant de joie après un ballon sous le regard bienveillant et aimant des parents. Mais ce n’était pas le cas. Les enfants présents étaient graves, trop jeunes pour comprendre ce qu’il se passait. Les parents étaient pliés de douleurs. Et Lynn … Keith la remarqua et fut rassurée de la voir entourée de proches. Elle allait souffrir plus que tout autre. Mais le jeune homme n’avait aucune réponse pour elle.

Evitant soigneusement les autres, il se concentra sur les paroles vaines et superflues du prêtre. Des paroles qu’il répétait à chaque enterrement. Des paroles froides d’indifférence. Des paroles insupportables pour toute personne appréciant le défunt. Mais aussi des paroles réconfortantes pour ceux croyant en une puissance supérieure. Ce n’était pas le cas du jeune homme. Sans un mot, sans un geste, tout juste sa poitrine qui se soulevait sous l’influence de la respiration qu’il se voulait calme et mesurée mais qui était difficile et douloureuse, il observa le cercueil descendre lentement en terre et être avaler par cette dernière comme un ogre vorace qui se nourrit de la chair de ses propres enfants.

Ne quittant pas ses lunettes de soleil, les mains dans son pantalon noir, la cravate légèrement défaite, le look négligé qui le caractérisait tant, il murmura en chantonnant la chanson favorite de Mark tandis que un à un les plus proches s’éloignaient vers les voitures pour un brunch où chacun ferait part de ses condoléances aux parents, aux amis, à Lynn :

« That's about the time she broke up with me. No one should take themselves so seriously. With many years ahead to fall in line. Why would you wish that on me? I never want to act my age. What's my age again? What's my age again? »

Finalement, alors qu’il restait une poignée de personnes, il se retira et alla présenter ses condoléances à sa famille, soutenant du mieux qu’il put le père de Mark qu’il avait appris à connaître à force de répétitions dans le garage. Il connaissait moins sa mère mais il ne pouvait que partager sa douleur inextinguible. C’était impensable pour un parent d’enterrer son enfant. Quelles que puissent être leurs relations. Il évita soigneusement Ray et rejoignit Nate et Lex accompagné de Geena avec qui il resta quelques instants, fumant une cigarette. Alors qu’il laissait tomber son mégot par terre, il vit Lynn revenir, accompagné d’une jeune femme qui lui disait quelque chose. Intrigué, il voulut s’approcher mais il se rendit compte que ce n’était pas vraiment le moment. Ni l’un ni l’autre n’était au mieux de sa forme. Et il avait besoin de rentrer. Il avait besoin de s’allonger quelques temps. Même s’il savait parfaitement qu’il allait devoir aller à ce brunch. Parce que c’était son ami. Il monta alors en voiture avec Lex et Geena, reléguant dans un coin de sa mémoire la jolie brune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: God knows even angels fall.   

Revenir en haut Aller en bas
 
God knows even angels fall.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Where Angels fall
» Fall of the Hulk - RED HULK
» BLOOD ANGELS (Liste officielle FERC)
» E.M. Forster: Where the Angels Fear to Tread (Monteriano)
» Mes Pullips et Angels Gates ;-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
High Point :: Chicago - la ville :: Tombe de Mark Hanson-
Sauter vers: